La Ferme des Longs Sillons

Maraîcher Bio Fruits et Légumes Permaculturel

Ma mise en application des principes de la permaculture sur ma ferme

Outils

Je n’utilise aucun outil dont l’énergie est une énergie fossile, l’ensemble de mes travaux sur la ferme sont effectués avec des outils manuels.

            Grelinette

            Campagnole

            Croc

            Râteaux

            ….

Travail du sol

Le sol en culture maraîchère est très important, c’est même l’élément le plus structurant pour toute la suite d’une production. En effet l’agriculture classique que nous connaissons depuis maintenant plus de 50 ans, est une culture qui opère en monoculture où il n’existe plus d’associations, où les labours sont systématiquement effectués plusieurs fois sur une même année, avec une utilisation à outrance d’engrais chimiques et de pesticides. Le résultat est que nous avons actuellement plus de 30% de nos terres agricoles sur lesquelles plus rien ne pousse.

Mon sol sur la ferme des Longs Sillon n’est jamais labouré mais aéré par l’action de la grelinette, aucun engrais chimique n’est incorporé et aucun pesticide n’est épandu. La vie du sol est ainsi préservée, de plus mon sol est systématiquement recouvert par un paillage, (ce qui limite à 80% la pousse des « mauvaises herbe »)composé soit de paille bio, de tonte de gazon, de feuilles mortes ou de BRF (bois raméale fragmenté), ce dernier grand consommateur d’azote est régulé par la mise en place de légumineuse (génératrice d’azote).

Les engrais apportés à mon sol sont composés soit de fumier de cheval bien décomposé et d’engrais vert (vesce, moutarde, luzerne,….)

Les allées de circulation sont eux aussi recouvert de BRF (résineux) et de fumier de cheval.

De plus mes buttes sont des espaces permanents, la mise en place est assez conséquente au niveau travail, mais cela n’est effectué qu’une seule fois, les années suivantes le travail ne consistera qu’à un travail de surface avec le croc ou la grelinette.

Association de culture

L’association des différents type de légumes est également très important, l’ensemble des buttes en permaculture sont composées de légumes différents, s’apportant mutuellement protections contre les maladies et bénéfices de croissances, une grande part est également accordée aux fleurs et plantes aromatiques.

Rotation

La rotation des légumes et autres est également respectée sur une période de 4 années, cela permet de permuter entre les légumes gourmant et ceux moins gourmant, une place est également laissée pour les engrais vert qui eu sont enfouit dans la partie haute du sol, libérant ainsi des éléments naturels nutritifs pour mon sol.

Agroforesterie

L’agroforesterie est le fait de cultiver des légumes entre les arbres (fruitiers) et cela est très bénéfique pour les deux éléments (arbres et plantes potagère) en effet les arbres développent un système racinaire en rapport avec le volume de leurs branches, ces racines tous les ans meurs (proportion à peu près équivalente à la chute des feuilles). Le développement des champignons (sollicité par le paillage déposé sur les buttes) génère du mycélium effectuant une connection et un échange très important  entre les racines des légumes et les racines des arbres fruitiers.

De plus l’installation de légumineuse aux pieds des arbres fruitiers, apportent à ces derniers de l’azote, ce qui est très bénéfique à leur croissance.

Génération spontanée

La génération spontanée est très présente en permaculture en effet, vu que le labour est inexistant et que lors d’une récolte par exemple d’une salade, la racine est laissée en terre afin de ne pas perturber le sol, il est fréquent qu’une nouvelle pousse s’opère.

Cette action ne pas perturber le sol lors d’une récolte est très bénéfique pour la vie du sol, ce dernier n’est pas perturbé et la vie le composant peut continuer à produire de l’humus.

Orientation des buttes et surface de culture

Le choix de l’orientation des différentes buttes de culture est également très important et cela permet sur une même butte de générer des mico-climat différents, permettant de cultiver sur un même espace des légumes avec des besoins différents (ombre, mi-ombre et plein soleil). De plus il est fréquemment observé un côté d’une butte avec du givre le matin alors que sont côté opposé n’en comporte pas.

En permaculture les légumes sont semés et repiqués avec beaucoup plus de densité que sur une culture traditionnelle, de plus la forme arrondie permet d’obtenir plus de surface que sur une partie plate.

Cette densité de culture associée à la mise en place d’un paillage limite considérablement la prolifération des herbes non désirée et par la même occasion la charge de travail.

Verticalité

L’espace vertical permet d’utiliser un espace souvent laissé sans production, ma ferme est entourée de grands murs sur lesquels un grand nombre de légumes vont êtres installés, de plus la partie basse (sol) va être utilisée pour la culture d’autres légumes

Mares

L’eau est un élément très important qui se situe juste après la qualité du sol dans une activité de maraîchage. Le fait de pailler l’ensemble de mes sols de cultures, limite en partie l’apport d’eau nécessaire au bon dévellopement des cultivars, mais pas en totalité.

L’eau du réseau domestique ne doit pas à mon avis intervenir dans une culture maraîchère en bio, c’est pour cette raison que je dispose pour l’instant de plusieurs réservoir composés de 3 mares sur le premier terrain pour arriver à la fin de ce printemps à un total de 5 mares, qui vont constituer une réserve total de 26 mètres cube d’eau.

Production de semence

L’auto production de semences est un sujet très important dans une activité de maraîchage bio en permaculture en effet, cela doit permettre de se diriger vers une situation d’auto dépendance, de valoriser les espèces de cultivars les mieux adaptés à son environnement et lutter contre les semences hybride F1 et surtout contre les OGM.

Pour ce faire, il faut sacrifier certains plans (les plus beaux) en les laissant monter en graine et opérer la récolte et la conservation des semences.

Eléments non présents sur le site de production

Organiser un système de résilience et d’échange pour les éléments non présents sur le site de production (BRF, fumier, compost, bois de construction, aide physique,…) afin de créer un réseau local